détachés du monde

légers sur un lit de brume

sommets enneigés

 

 

jusque dans les flaques

les nuages froids de l'aube

mais les amandiers

 

 

le long des collines

se rejoignent ici et là

les brumes et fumées

 

 

matin de givre

dans leur ronde pour grapiller

ah ! ces mésanges

 

 

un bleu de glace

en un léger tremblement

tout le ciel d'hiver

 

 

dans l'éclatement

du mauve des romarins

les jeunes abeilles

 

 

ce soir au couchant

comme arrêter par la ciel

le rose des neiges

 

 

le soleil brouillé

en catimini la pluie

pas même invitée

 

 

déjà éclatés

les bourgeons de l'amandier

l'hiver disparaît

divers

 

 

 

 

dans ce jour fade

ah ! cet amandier en fleur

mêlé des brumes


 

 

 

 

en grands écheveaux

de lourds brouillards alanguis

l'aube s'épaissit


 

 

 

 

un ciel hésitant

neige, pluie ou pire encore

mais un ciel de boue


 

 

 

 

riche du couchant

le silence bleuté de l'étang

l'envol des corbeaux


 

 

 

 

intimes à la brume

mais forts du printemps naissant

amandiers en fleurs


 

 

 

 

pour le buis en fleur

senteurs de pisse de chat

la joie du bourbon


 

 

 

 

pointées vers le haut

les deux cornes de la lune

plantées dans le ciel


 

 

 

 

romarins en fleur

et dans l'ombre de l'ombre

le rouge gorge


 

 

 

 

romarins en fleur

et dans l'ombre de l'ombre

le rouge gorge


 

 

 

 

dans les ors passées

l'automne goutte à goutte

vers l'épuisement


 

 

 

 

la fronde du vent

mais en écho au chaos

le soleil épars